Les droits et obligations à savoir pour une urgence médicale

Une personne qui arrive dans les services d’urgence d’un hôpital est toujours traitée en priorité. Le personnel médical doit en tout cas faire le nécessaire pour prendre soin de vous. Le plus important est de ne pas compliquer les risques. Vous devrez aussi vous informer sur vos droits quand vous serez dans ce genre de situation.

Le dossier médical pour une urgence médicale

Une équipe médicale est censée s’occuper rapidement d’une personne qui arrive dans les services d’urgence. Le patient aura droit automatiquement à un dossier médical. Vous pouvez demander à consulter le document quand vous le souhaitez si vous êtes dans ce genre de situation.

Le personnel médical doit faire attention au rangement de votre dossier afin d’assurer son stockage. Le document doit être facile d’accès à chaque demande du patient. Le médecin peut parfaitement se baser sur ce support pour déterminer les traitements à vous accorder pendant votre hospitalisation.

De nombreuses informations seront disponibles dans votre dossier médical comme les suivantes :

  • Les résultats de vos examens médicaux
  • Des feuilles de surveillance concernant votre état
  • Les consultations qui ont été faites
  • Toutes les prescriptions thérapeutiques que vous recevrez

Le médecin notera toutes les informations utiles dans le but d’adopter le traitement dont vous avez besoin.

Le consentement est important dans une urgence médicale

Une équipe médicale doit à tout prix vous prendre en charge dès que vous arriverez dans les services d’urgence. Le médecin ne peut pas en outre vous soigner correctement si vous évoquez votre droit de consentement. Il doit ainsi attendre votre décision pour commencer les soins.

A découvrir aussi  L'acte de naissance pour les Français nés à l'étranger : démarches et conseils

Il se peut que la gravité de la situation vous empêche de vous exprimer. Le médecin doit dans ce cas intervenir rapidement et de manière efficace sauf s’il constate une carte de non-consentement. Notez qu’un retard de traitement peut compliquer la situation. Le médecin doit aussi être fixé sur la situation au plus vite pour éviter le temps perdu avec les autres patients.

La situation ne sera pas la même pour l’admission d’un enfant de moins de 14 ans. Il suffit ici d’avoir le consentement des parents ou des personnes responsables du patient. L’autorisation est souvent primordiale dans les situations très graves.

Vous avez d’autres droits pour une urgence médicale

Vous avez le droit de refuser de recevoir des soins même si vous êtes dans les services d’urgence. Le médecin ne peut pas continuer le traitement si vous évoquez votre droit de refus. Le professionnel notera alors votre décision dans votre dossier médical pour éviter les conflits en cas de problème.

Il peut aussi essayer tous les moyens légaux pour vous convaincre de changer d’avis dans ce genre de situation. Le médecin peut par exemple solliciter un de ses collaborateurs pour vous raisonner. Il peut aussi intervenir auprès de vos proches si c’est nécessaire.

Un autre droit à ne pas négliger est la possibilité d’être informé sur votre état de santé à tout moment. Vous pouvez évoquer celui-ci quand vous le souhaitez. Il est possible de désigner une autre personne de confiance si vous ne pouvez pas le faire.

Quelques astuces si vous trouvez un individu dans un état d’urgence médicale

Il est important d’appeler rapidement une ambulance si vous trouvez une personne dans un état d’urgence. Il faut aussi agir correctement jusqu’à ce que les urgentistes arrivent. Vous devrez par exemple donner des claques sur le dos du souffrant s’il s’étouffe. Des compressions abdominales peuvent aussi se faire à un certain moment.

A découvrir aussi  L’immigration, un problème qui touche un monde en perpétuelle évolution

Pensez à faire une pression sur la plaie si vous constatez un saignement. Cela permet de ralentir ou de stopper l’hémorragie du mieux que vous pouvez le faire. Vous devrez toutefois libérer les voies aériennes de la personne si elle tombe dans l’inconscience. Il faudra ensuite la mettre en position latérale.

Des compressions thoraciques sont conseillées si vous êtes témoins d’un arrêt cardiaque. N’oubliez pas les insufflations dans ce genre de situation. N’oubliez pas de poser les bonnes questions aux victimes s’il présente un simple malaise cardiaque.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*