Garde alternée : les 5 règles pour que ça marche après le divorce

Certaines situations de la vie nous contraignent parfois à prendre des décisions qui peuvent d’une manière ou d’une autre causer de préjudice. En effet, il arrive que les unions sacrées soient rompues pour une histoire banale que l’on peut prendre la peine de régler. Dans le cas contraire, l’on fait recours à la plupart des cas au divorce qui engendre par la suite la garde alternée des enfants. À ce niveau, la garde des enfants issus du mariage est repartie de façon à ce que ces derniers soient à l’aise et ne sentent pas le poids du divorce des parents. Que faut-il savoir pour que la garde alternée soit une réussite après le divorce ? Lisez cet article pour plus d’information.

La garde alternée peut être demandée par les parents ou être  ordonnée par le juge

De façon générale, la garde alternée peut être mentionnée dans les conventions de divorce par consentement mutuel. De ce fait, elle peut être convoquée par l’un des parents de l’enfant ou carrément recommandée par le juge qui est à la charge de l’établissement du contrat. Rappelons qu’il s’agit également d’une imposition  de la part des juges si bien que ces derniers soient informés du conflit existant entre les deux partenaires.

Il s’agit bien évidemment d’une décision qui est souvent prise lors des premières instances de divorce. Cependant, lorsque de telles décisions sont prises, le juge peut toutefois la revoir ou mieux la confirmer grâce à l’aboutissement d’une investigation secrète.

Le dernier mot revient au juge

Lorsqu’il s’agit d’une garde alternée après le divorce, il faut reconnaitre que la dernière décision revient toujours au juge. Ainsi, celui-ci n’attribue pas la garde alternée en fonction des biens immobiliers des parents. La garde alternée est généralement et habituellement attribuée dans l’intérêt des enfants issus du mariage.

Pour cela, certains critères sont pris en compte à savoir l’âge des enfants, la facilité d’adaptation, leurs cursus scolaires, leurs résultats de fin d’année sans oublier l’analyse de leur état psychique. Le dernier point a pour objectif d’identifier la personne avec qui les enfants sont plus à l’aise dans leurs fonds intérieurs.

Une entente entre les géniteurs

En cas de divorce et plus précisément lorsqu’il s’agit de la garde alternée, les différends entre les parents ont un effet secondaire devant la juridiction.  Pour éviter ces problèmes, il faut obligatoirement que les parents trouvent un terrain d’entente en ce qui concerne le confort des enfants. Pour cela, il est évident que les deux respectent et assument les décisions l’un et l’autre.

Bien évidemment, il n’est plus à démontrer que dans ces situations de conflit entre époux, le comportement qu’ils adoptent joue un rôle important dans la détermination de la garde alternée des enfants.

La détermination du rythme de garde alternée

Il n’existe pas une loi qui stipule le rythme de garde alternée des enfants. Néanmoins, au fil des temps, des modèles sont apparus et permettent donc de définir des rythmes par situation.

Ainsi, les enfants peuvent vivre une semaine chez leur père et l’autre chez leur mère d’après le modèle classique. Cependant, selon les psychologues, il est toujours prudent et mieux lorsque l’alternance est faite  dès le bas âge des enfants.

Garde alternée : les 5 règles pour que ça marche après le divorce

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour en haut