Quelles sont les limites d’une construction sans permis de construire ?

Pour tout projet de construction, vous devriez faire une demande de permis de construire. Toutefois, il y a d’autres projets de construction qui ne nécessitent qu’une autorisation préalable. Si par contre, vous tentez de construire sans permis, vous serez sévèrement sanctionné. Votre maison peut être démolie ou faire face à une amende. Vous trouverez ci-dessous les restrictions relatives à la construction sans permis.

Connaître les projets de construction qui requièrent un permis de construction

Tous les travaux de construction, d’extensions, de transformations ou modifications de façades nécessitent en principe un permis. Il peut être question d’un permis de construire ou une déclaration de travaux préalables. Tout dépend de l’ampleur des travaux à réaliser.

Le permis de construire est requis lorsqu’un ajout de plus de 40 m² est fait à un bâtiment existant ou lorsqu’un ajout indépendant de plus de 20 m² est fait. En cas de changements doivent être faits sur un bâtiment, un permis est indispensable, quelle que soit sa surface, et même si l’aspect extérieur n’est pas touché.

Les petits projets ne nécessitent que le dépôt d’une déclaration préalable de travaux. Cela s’applique aux modifications de façade ou aux constructions non conséquentes. Cependant, un permis de construire est probablement nécessaire si vos travaux touchent l’aspect extérieur ou la superficie de votre maison.

Connaitre les peines en cas de projet de construction sans permis

En cas de non-respect du processus de permis de construire, vous serez considéré comme fautif et passible de sanctions. Les sanctions sont fixées dans la loi sur l’urbanisme. Votre responsabilité pénale peut être mise en cause six (6) ans après le début de la construction. Rappelons que la justice pénale sanctionne les crimes et les délits. La justice civile, quant à elle, répare les dégâts et indemnise les victimes.

A découvrir aussi  L’immobilier de prestige: quels en sont les métiers ?

Les sanctions d’ordre pénal

Les sanctions sont très sévères quand elles sont d’ordre pénal. Elles vont de 1 200 à 6 000 euros le m2. Une amende allant jusqu’à 300 000 euros peut être infligée à certains niveaux. Il faut savoir que tous les acteurs impliqués dans la construction illégale sont soumis à ces sanctions. Que ce soit le particulier, le maçon ou l’architecte…

Le bailleur peut également être poursuivi, même si son locataire est l’auteur de la fraude. Le juge peut prononcer 6 mois de prison en cas de récidive.

Les sanctions d’ordre civil

Les sanctions ne sont pas trop sévères quand elles sont civiles. Elles existent sous forme de dommages et d’intérêts. Le voisinage ou la mairie peut saisir le tribunal judiciaire pour signaler de tels problèmes. La construction sans permis est vue comme un préjudice. Des pénalités fiscales peuvent aussi s’ajouter pour régler les impôts impayés sur de longues années.

Par conséquent, le juge peut ordonner la démolition du bâtiment mis en cause. Mais il peut aussi exiger simplement que l’auteur se conforme à la règle.

Les sanctions relatives à la régularisation fiscale

Si l’infraction est avérée, l’administration fiscale est en droit de réclamer les sommes dues pour la réalisation des travaux. La taxe d’habitation reste due même en cas de construction illégale. Vous êtes appelé donc à vous acquitter de la taxe d’aménagement, de la taxe foncière et de la taxe d’habitation. Ce sont les taxes dont vous devriez vous acquitter si votre projet était conforme à la règle.

Quelles sont les limites d’une construction sans permis de construire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour en haut